Les Dialogues Euro-Méditerranéens de Cobaty International

Les Dialogues Euro-Méditerranéens de Cobaty International
Pièce jointe :

La Méditerranée est d’abord un carrefour de cultures qui se sont nourries et enrichies mutuellement au fil de l’histoire. Nous y avons tous puisé les éléments majeurs de nos identités et de nos valeurs.

Des conflits ont bien sûr morcelé l’espace méditerranéen sans rompre les affinités profondes qu’entretiennent l’Afrique du Nord, le Proche-Orient et l’Europe du Sud.

Nos modes de vie, notre habitat, notre alimentation, nous rassemblent d’un rivage à l’autre de la Méditerranée.

Certes, l’actualité et les évènements récents, malheureux et douloureux Peuvent porter a croire que la Méditerranée est un espace éclaté, mais le poids de l’histoire et notre communauté de destin nous obligent à croire en un avenir d’enrichissement mutuel et d’intérêts

partagés. Cette réalité, cette unité historique et culturelle, ce partage de nos langues, nous devons l’expliquer et le revendiquer collectivement auprès des jeunes générations pour lutter contre les divisions que voudraient exacerber certains. C’est notre objectif en tant que société civile de préparer l’avenir des échanges et de ces rencontres qui bénéficieront à chacun d’entre nous. Les défis majeurs pour l’avenir de la Méditerranée, c’est d’abord celui de l’avenir de nos jeunesses. Il nous faut donc inventer une politique méditerranéenne de la jeunesse, qui doit faire de l’éducation, de la formation professionnelle et de la coopération universitaire les chantiers prioritaires de son action.

C’est aussi le défi d’une transition environnementale. Le changement climatique est un facteur de crise, personne ne peut plus l’ignorer. Il conduit à un accroissement des tensions par la désertification, la raréfaction de l’eau, par les exils qu’il provoque.

C’est enfin le défi de la transition et de l’adaptation urbaine. Les villes méditerranéennes, au Nord comme au Sud, se développent rapidement. Cette réalité pose d’immenses défis, qu’il s’agisse de cohérence urbaine, de préservation du patrimoine, de politique de logements abordables, de gestion et de protection du littoral Ces mutations doivent s’appuyer et s’orienter spécifiquement sur les enjeux de la bonne gouvernance des espaces urbains, de l’eau, de l’assainissement, de la formation et de l’insertion professionnelle. Plus que jamais, nous avons besoin d’acteurs territoriaux de qualité, sur lesquels les élus, de part et d’autre de la Méditerranée, peuvent s’appuyer.

la Méditerranée du futur ne peut pas être seulement la Méditerranée des Etats mais celle des acteurs économiques, des villes, des régions, des organisations non gouvernementales, et certainement de la jeunesse. Les priorités de la Méditerranée de demain, doivent permettre de concilier : stabilité, solidarité, sécurité et démocratie et cohérence urbaine en mettant un accent particulier sur les besoins de développement socio-économique et de bonne gouvernance dans toute la région.

Or aujourd’hui Les villes méditerranéennes se trouvent confrontées à des problématiques lourdes qui mettent en cause leur cohésion sociale et territoriale.

- Peu ont su mener des stratégies de développement équilibré,

- beaucoup sont confrontées à une croissance non maitrisée et à des situations , économiques et sociales critiques .

En effet, Les villes de la Méditerranée se sont développées sur le modèle industriel et le plus mauvais pour certaines villes du Sud laissant une empreinte écologique et sociale douloureuse à travers des territoires abandonnés , des ghettos de villes, des quartiers sans âme mais

aussi c’est plus nouveau : des fragments urbains à l'ourlet des villes hors des cercles d’attraction des métropoles. Ces morceaux de villes sont aussi les lieux de naissance possibles de fléaux comme , le populisme, la délinquance voire le terrorisme. Populisme, délinquance et terrorisme ne disparaitront pas avec le seul regain d’ailleurs hypothétique de la croissance. Le retour de la confiance pour une ville inclusive nécessite un diagnostic plus courageux porteur de changement des paradigmes du

développement urbain. Les dysfonctionnements des systèmes urbains sont d'autant plus nuisibles que les institutions en charge de la gouvernance locale sont parfois en déconnexion des réalités quotidiennes sans oublier souvent l'impuissance financière et juridique à agir et à peser sur le devenir de nombreux quartiers.

Aujourd'hui, de nouveaux modèles urbains émergent : la « ville intelligente », la « ville des communs » et de façon encore plus embryonnaire la « ville inclusive sociale et spaciale sur des territoires planifiés , aménagés et réaménagés durablement que l'on peut retrouver en partie dans l' urbanisme médiéval et médinal. Ces nouveaux modèles sauront ils créer un nouvel imaginaire de la ville, aidant les générations futures à construire un monde plus solidaire?

Notre démarche a Cobaty International est probablement singulière mais nous la revendiquons parce qu'elle associe l'expertise visible, lisible aux ressentis pluriels et citoyens , ceux de l'esprit du lieu , des spécificités socio- culturelles et de la dynamique participative citoyenne .

Nous pensons qu'il faudrait

1- Corriger le mécanisme actuel du développement des villes qui fait que la croissance engendre l’inégalité;

2- Ne pas se laisser dominer par le court terme et penser davantage aux réformes structurelles;

3- Inclure l’histoire, la sociologie, les droits de l’Homme, la démocratie... comme composantes de l’analyse urbaine .

4- Identifier avec précision les fragilités du modèle de développement des villes , étalement urbain, densités, déplacements, littoralisation ,stress hydrique et pénurie, changement climatique, pollutions , spéculation foncière, exclusion...

5- Réguler le foncier , sans laisser aux marchés financiers la totale souveraineté sur le sort des territoires urbains et de l'habitat des citoyens

6- Repenser l’informel ( bidonvilles, clandestins ) pour trier l’utile du nuisible;

7- gérer les villes dans un modèle global, où il faut améliorer la qualité de la croissance (régularité, équilibre et inclusion);

L'idée est d'éviter l'ingérable et gérer l'inévitable en vous proposant quatre axes de réflexion :

1 Le droit à la ville et le droit de la ville

2 Les politiques urbaines , la gouvernance locale et la responsabilité sociétale de l'entreprise

3 Perspectives et alternatives pour la jeunesse

4 l'adaptation des villes méditerranéennes aux changements climatiques et à l' évolution numérique

Share this Post :

Related Posts:

Comments